Dans le cadre d’un partenariat, l’Inserm et le CNRS lancent un appel d’offres afin de :
– permettre à de jeunes chercheur.e.s de mettre en place et d’animer une équipe, au sein d’une structure de recherche en France affiliée à l’Inserm ou à l’Institut des sciences biologiques du CNRS. Les équipes ainsi créées auront pour vocation de renforcer le dispositif de recherche de la structure d’accueil en développant, de manière autonome, leur propre thématique.
– promouvoir la mobilité et attirer de jeunes responsables d’équipes de haut niveau.

Le montant annuel alloué pour le fonctionnement s’élève à 60 000 € par bénéficiaire, avec en complément un CDD de 3 ans pour les lauréats non statutaires, et 2 ans de salaire post-doctoral. Entre 2009 et 2017, 200 lauréats d’un âge moyen de 35 ans ont bénéficié de ce programme, mené conjointement avec l’Inserm.

Depuis leur création en 1990 et 2000 respectivement, les deux programmes ATIP (Action thématique incitative sur programme) au CNRS et Avenir à l’Inserm, ont permis à plus de 400 chercheurs (234 pour le CNRS, 172 pour l’Inserm) de constituer leur propre équipe de recherche dans les domaines des sciences de la vie et de la santé. Le programme ATIP-Avenir a débuté en 2009 suite à la fusion des programmes ATIP de l’INSB du CNRS et Avenir de l’Inserm, afin d’aider de jeunes chercheuses et chercheurs en biologie à devenir autonomes.

Les objectifs du programme

  • Permettre à des jeunes chercheurs de mettre en place et d’animer une équipe
  • Promouvoir la mobilité
  • Attirer dans les laboratoires français de jeunes chefs d’équipes de haut niveau

Spécificités du programme

Montant alloué : 270 000 euros répartis en 60 000 euros de fonctionnement par an, le CDD du lauréat pendant 3 ans s’il n’est pas statutaire, et un contrat CDD de 2 ans pour un post-doctorant.
Le programme est d’une durée de 3 ans et peut être prolongé de 2 ans après évaluation.

Des partenaires sont susceptibles de co-financer des projets concernant leurs domaines :

  • L’ Agence nationale de recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS)
  • L’Association française contre les myopathies (AFM)
  • La Fondation ARC pour la recherche sur le cancer (ARC)
  • La fondation Bettencourt Schueller
  • La Ligue nationale contre le cancer (LNCC)
  • La Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca)
  • La Fondation innovation en infectiologie (Finovi)
  • Le Plan cancer
  • Les universités

Conditions à remplir

Le programme s’adresse aux jeunes chercheurs, enseignants-chercheurs et  aux chercheurs non-statutaires qui remplissent les conditions suivantes :

  • avoir obtenu son doctorat (Ph.D) ou équivalent* il y a plus de 2 ans et moins de 10 ans** à la date d’ouverture de l’appel d’offre,
  • ne pas être bénéficiaire d’un autre soutien destiné aux jeunes chercheurs (programmes ANR « jeune chercheur » et ERC starting et consolidator grants),
  • le candidat ne devra pas avoir rejoint le laboratoire d’accueil depuis plus de 18 mois* et ne devra pas y retrouver un de ses précédents mentors.

* Des dérogations pourront être accordées aux candidats hospitalo-universitaires
** Des dérogations pourront être accordées pour maternité (1 an par enfant) ou service militaire

Les unités de recherche d’accueil

L’unité d’accueil doit être sous la tutelle du CNRS ou/et de l’Inserm ; elle doit mettre à disposition de l’équipe ATIP-Avenir 50m2 de locaux et permettre l’accès à toutes les facilités, équipements et plateformes du laboratoire.

En l’absence de laboratoire d’accueil, le candidat peut soumettre son dossier et l’équipe ATIP-Avenir CNRS et Inserm l’aideront à identifier une unité de recherche adaptée à son projet.

L’évaluation des candidatures

Dans le cadre d’un appel d’offres annuel, les projets sont évalués par un comité scientifique international composé de 7 sous-comités.

La sélection se déroule en deux temps :

  • une présélection sur dossier,
  • audition pour les candidats présélectionnés.

La liste des candidats retenus avec leurs structures d’accueil est établie conjointement par les directions de l’Inserm et du CNRS.

Toutes les informations ici